Le poids : entre mythes de la culture des régimes et réalités

poids alimentation intuitive poids de forme

Dans cet article/épisode, je voulais vous parler de la question du poids et de la « gestion » du poids, notamment par rapport à l’alimentation intuitive.

Je sais que c’est un sujet épineux, et je sais que la question du poids revient souvent quand on commence à s’intéresser à l’alimentation intuitive, quand on commence à rejeter la diet culture et les régimes.

On se demande :

 « Que faire si je veux perdre du poids ? »
« Que faire si je ‘dois’ perdre du poids si je lâche tout le contrôle ? »
« C’est sûr que je vais grossir etc »

 Toutes ces questions, toutes ces interrogations sont totalement légitimes ! On nous a appris depuis notre plus tendre enfance à faire attention à notre poids, à toujours contrôler notre poids.

Donc forcément quand quelqu’un vous dit « tu n’as pas besoin de contrôler ton poids » c’est sûr que l’information a du mal à passer !

Et puis dans notre société grossophobe, il y a cette peur de grossir cette peur de la non-gestion du poids, qui est quasiment central dans tous les contenus de diet culture et dans toutes les croyances liées à la diet culture.

C’est pourquoi aujourd’hui je voulais faire un petit tour d’horizon du poids, entre croyances et réalités, entre mythe de la diet culture et réalité observée scientifiquement. Je voulais traiter de la  question du poids dans l’alimentation intuitive dans les approches anti régime et voir un peu ce que chacun en dit 😉

Mettre l’envie de perte de poids de côté en Alimentation Intuitive

Si je ne parle pas du poids dans mes contenus sur les principes de l’Alimentation Intuitive, c’est que la question du poids et de ses variations n’est pas centrale à l’alimentation intuitive.

Car le but de l’alimentation intuitive, c’est rétablir une relation sereine avec son corps et son alimentation et donc en fait mettre son objectif de poids de côté.

Et ça c’est aussi important dans l’approche de l’alimentation intuitive, car il y a beaucoup de gens quand ils veulent commencer qui se disent « OK mais que faire par rapport à mon poids ? »

En fait, il n’y a rien à faire. Il faut « juste » mettre l’objectif de perte de poids ou de prise même de poids de côté, enfin tout objectif de variation intentionnelle de poids.  Voir où le corps va vous mener naturellement en écoutant vos signaux et votre faim.

Bien sûr je dis « juste » mais c’est compliqué, et c’est quelque chose qu’on vous invite à faire.

Penser à son poids quand on veut essayer de rétablir une relation sereine avec son corps et son alimentation c’est quand même assez difficile, parce que la question du poids peut vous influencer aussi dans vos sensations alimentaires, dans vos envies etc.

Donc se détacher un peu de ça, se dire « voilà je mets ça de côté je verrai plus tard », c’est quand même quelque chose qui va vous permettre en fait de vous faire plus confiance et de vraiment tranquilliser un peu votre rapport à l’alimentation.

Le set point ou le poids de forme en Alimentation Intuitive

L’alimentation intuitive se base en fait sur la notion de poids d’équilibre aussi appelée « set point » ou « setting point ». C’est une fourchette de poids qui varie de plusieurs kilos.

On retrouve cette notion dans les travaux du GROS donc du groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids ; dans les livres de Jean-Philippe zermati qui est nutritionniste, dans l’approche de Gérard Apfeldorfer également ; donc tous les diététiciens en fait du GROS (gros.org).

Toutes ces approches là disent en fait que on a tous un set point, qui est notre poids de forme ou notre poids d’équilibre et que si on écoute naturellement nos signaux de faim, de rassasiement on arrive à ce poids de forme. Ce poids est assez stable en progressant dans la vie. Il est génétiquement programmé.

Il peut aussi s’élever avec les régimes notamment, donc avec toute intention de contrôle du poids. Par conséquent, si vous avez essayé de faire des régimes, si vous avez fait des régimes, il se peut que votre poids de forme ne soit pas le même qu’à la base que celui prévu génétiquement pour vous. Il se peut donc que votre poids de forme s’est élevé, et soit plus haut que celui que vous aviez avant de commencer les régimes.

C’est vraiment un argument anti régime ce set point, car quand on s’aperçoit qu’en fait le poids de forme s’élève à chaque fois qu’on fait des régimes, qu’on arrête et qu’on reprend etc ben on se rend compte que il ne vaut mieux pas faire de régime !😅

Surtout si votre but c’est de maintenir un poids, car au final là ça vous détraque complètement votre organisme et c’est encore « pire » que le poids que vous aviez à la base.

Cette approche de set point est beaucoup véhiculée dans les approches anti-régimes, dans l’alimentation intuitive mais en fait c’est vraiment un concept scientifique.

 Cela a été prouvé que on a tous un pondérostat – comme notre thermostat interne de température corporelle. Votre poids se régule comme d’autres composantes de votre corps. Selon cette théorie, notre poids n’a pas être contrôlé car naturellement il se régule tout seul. Il se régule sur la durée et nos sensations de faim etc permettent cette régulation.  

L’Alimentation intuitive se base sur ce côté que il y a une régulation du poids qui se fait naturellement.

Le poids de forme s’élève à force de faire des régimes : c’est le fameux effet yoyo. Ce poids d’équilibre augmente par conséquent. Cela montre bien que contrôler son poids c’est voué à l’échec dès le départ.

On a tous une morphologie de base, on a tous un poids enfin une fourchette de poids que vous ne pouvez pas choisir. En fait vous ne pouvez pas avoir le poids de forme de la voisine ou du voisin.

Une fois qu’on comprend ça, tout s’explique parce qu’on se dit à « Ok donc je me bats contre des moulins à vents » petite référence littéraire 😉 mais en gros ça sert à rien de trop contrôler son poids car le corps voudra toujours revenir à son poids d’équilibre.

C’est ça qu’il faut retenir : votre corps même si, admettons vous prenez du poids, voudra naturellement revenir vers ce poids d’équilibre si vous écoutez vos signaux et si il n’y a pas de restriction.

Où se situe mon poids de forme ?

La question épineuse aussi qui peut revenir souvent « mais où est mon poids d’équilibre » « comment je sais que je suis à mon poids de forme » « quel est mon poids de forme etc »

En fait le poids de forme c’est grosso modo le poids que vous feriez si vous ne faisiez pas de régime. Donc peut-être le poids d’avant régime, mais comme je l’ai dit si vous avez fait des régimes il se peut qu’il ait augmenté. Donc le poids de forme c’est normalement le poids qu’on arrive à maintenir sans efforts surhumain, comme du sport intensif etc et sans contrôle de l’alimentation.

Vous ne pouvez pas savoir quel est votre poids d’équilibre.

C’est pour ça d’ailleurs qu’il y a beaucoup de gens quand ils se lancent dans l’alimentation intuitive, ils se demandent s’ils vont prendre du poids ou perdre du poids ;

Mais on ne peut pas trop le prédire car il y a des gens qui vont prendre du poids, si ils sont en dessous de leur poids de forme. Il y a des gens qui vont peut-être perdre du poids car ils sont au-dessus de leur poids de forme…Dans tous les cas c’est quelque chose dont il faut essayer de se détacher. Je dis bien « essayer » car c’est pas évident ! Mais en gros de se dire « on verra bien ».

Le poids de forme, c’est un poids que vous pouvez maintenir sans régime. Et ça, parfois quand on a fait beaucoup de régimes, c’est très dur de savoir quel est le poids auquel le corps veut se stabiliser.

 Avec cette théorie, il faut que vous sachiez que le contrôle ne sert à rien et ne servira à rien.

Donc si vous voulez revenir vraiment à votre poids d’équilibre, c’est intéressant de cheminer vers l’alimentation intuitive, vers l’écoute de vos signaux et cetera, la déconstruction de la diet culture et la déconstruction de toutes ces règles alimentaires qui vous polluent et qui vous empêchent en fait de revenir à votre poids d’équilibre.

Peut-on vraiment “gérer” son poids ?

Le poids d’équilibre est quelque chose à expérimenter et à observer.

Vous avez très peu de contrôle dessus voire aucun ça ne sert pas à grand-chose en fait d’en faire une fixette.

Le but de l’Alimentation Intuitive c’est de rétablir une bonne relation avec son corps et la nourriture et le reste suivra. Le poids se stabilisera si il doit se stabiliser à un certain poids. Du coup votre poids d’équilibre n’est pas forcément le poids le plus bas que vous ayez fait de votre vie, et ce n’est pas forcément le poids que vous faisiez quand vous étiez plus jeune etc. C’est un poids, une silhouette que vous verrez en fait au fil de l’eau qui se stabilisera.

On ne peut donc pas « gérer » son poids. Ce sont des idées qui au final paraissent vaines quand on connaît la théorie du set point et quand on sait qu’au final comment le corps fonctionne.

D’ailleurs dans le précédent épisode/article, je vous citais le livre d’Alicia Sicardi « Alimentation intuitive, le grand livre » et Alicia parle aussi de ce ponderostat. Elle l’explique très bien d’ailleurs avec des termes plus scientifiques. C’est véridique, et ça c’est quelque chose que la culture des régimes nie.

Car il faut bien vendre les rééquilibrages, il faut bien vendre les régimes, il faut bien vendre les détox le sport à outrance… Si on vous dit d’emblée « bon écoutez en fait votre poids peut se stabiliser naturellement », je pense qu’il y a peu de gens qui sont prêts à entendre cela.

La théorie du set point nous aide en fait à rejeter l’idée que le poids se contrôle donc comme un budget, un portefeuille. Si vous voulez être tranquille avec votre alimentation, ça passe beaucoup par l’acceptation de ce poids de forme et l’acceptation de ces variations, de cette stabilisation.

Avec la culture des régimes, on n’arrive pas à accepter notre morphologie de base ou notre poids parce que ce n’est pas le poids rêvé et idéal par la société.

Pourtant on a tout à y gagner tous à accepter le poids auquel on est naturellement programmé. On y gagnerait encore plus, si la société en général reconnaissait ça et reconnaissait cette diversité corporelle, cette diversité des poids…

L’alimentation intuitive nous invite à mettre l’objectif de poids de côté, car c’est vraiment la relation à l’alimentation, la relation au corps qui prime et qui est plus importante. La liberté alimentaire que vous retrouvez, le fait que vous comprenez que votre valeur n’est pas votre corps ou  votre poids etc vous aident aussi à accepter votre poids d’équilibre.

Même si bien sûr, je comprends que c’est dur d’accepter, c’est très dur de travailler sur soi sur son corps etc, d’avoir cette peur d’être rejeté, de ne pas être accepté par une société qui est grossophobe.

Je pense que beaucoup de gens, même des gens qui « font » l’alimentation intuitive, même s’ils arrivent au poids de forme ; peut-être que par moment, ils ont du mal aussi à se dire « c’est mon corps naturel ».

Parfois c’est compliqué de se dire que c’est mieux pour soi en fait de faire la paix avec ce corps et de comprendre que à terme il vaut mieux pour votre santé physique et mentale commencer à faire ce premier pas vers vous.

C’est important de vous dire « voilà j’en suis à ce point là, je ne sais pas de quoi demain sera fait mais le fait est que je préfère avoir une santé physique, une santé mentale qui est plus apaisée, qui est meilleure que forcément lutter toute ma vie contre ma morphologie de base, contre mon poids de forme. »

Quand on se détache de cette valeur de poids et liée à notre apparence, on accepte petit à petit – ou du moins on est dans cette démarche d’acceptation – son poids et de sa morphologie de base.

Et si on changeait de regard sur la prise de poids avec l’Alimentation Intuitive ?

Le poids cristallise beaucoup d’anxiété et de craintes qui sont véhiculées et exacerbées par la société et la culture des régimes. Il y a beaucoup de croyances grossophobes sur le poids.

Car si on écoute la culture des régimes, prendre du poids c’est mal. Prendre du poids c’est un échec.
Être plus gros, c’est être en mauvaise santé. Être gros, c’est forcément être la pire version de soi qu’il faut travailler à devenir la « meilleure version de soi-même » c’est à dire la version la plus mince de soi-même.

 Eh bien en fait tout ça c’est faux. Prendre du poids ce n’est pas un échec, c’est juste normal en fait de prendre du poids avec les années, avec certains événements ou juste c’est la vie.
Si vous êtes dans une démarche du rejet du contrôle etc, c’est totalement normal de prendre du poids c’est OK. C’est OK aussi de ne pas être confortable forcément avec cette prise de poids.

Mais ne pensez pas que c’est un échec de votre part, au contraire ! Si vous prenez du poids par exemple pour toutes ces raisons là (ou pas d’ailleurs), c’est banal et c’est aussi c’est très courageux !

Si vous êtes dans une démarche de réconciliation avec vous-même, cette potentielle prise de poids symbolise en fait le fait que vous vous refaites confiance, que vous commencez à accepter de devenir pleinement vous-même.

Souvent quand on prend du poids par exemple, quand on est en recovery de TCA, de troubles du comportement alimentaire, on se sent quand même mieux. Et ça, ça n’a pas de prix !

Donc est-ce qu’on peut dire que prendre du poids dans ces cas-là – et dans tous les cas – est-ce que c’est un échec ? Je ne pense pas ! Être plus gros ce n’est pas forcément être en mauvaise santé. On peut très bien être en meilleure santé mentale, physique. Par exemple les gens en recovery de TCA prennent du poids mais sont en meilleure santé : meilleur métabolisme, plus de perte de cheveux, on a plus chaud, moins de problèmes liés aux hormones etc etc. Ce sont des signes de bonne santé !

Exemple des femmes ou personnes menstruées en situation d’aménorrhée

C’est pareil également pour des personnes en aménorrhée hypothalamique (quand certaines femmes ou personnes menstruées perdent leurs règles soit primaire ou secondaire). Si une persone dans ce cas veut guérir, il lui faudra souvent passer par une prise de poids car en fait les hormones féminines/sexuées se basent beaucoup sur notre taux de masse grasse.
(Si cela vous intéresse je vous invite à lire le blog de Nicolas Rinaldi qui est l’autrice du livre « No Period No What » ou le compte Instagram ammenorhee_fr.)

Ces personnes-là en prenant du poids retrouvent une meilleure santé. Si elles ont récupéré leurs règles en prenant du poids, ça montre bien qu’en fait elles ont retrouvé un poids santé : un poids qui permet au corps de reprendre les activités reproductrices qu’il avait mis en stand-by à cause d’un poids trop faible ou de un taux de gras trop faible.

Comme quoi la prise de poids peut être bénéfique ou souhaitée pour notre santé.

Arrêtons de lier systématiquement poids et santé

Il y a vraiment cette croyance grossophobe qu’être gros, c’est forcément être en mauvaise santé. Ce qui n’est pas vrai : il y a des gens qui sont gros et qui sont en meilleure santé que certaines personnes minces. On peut être gros et être en mauvaise santé comme on peut être mince et être en mauvaise santé.

Le poids n’est pas le seul facteur de la santé. Il y a plein d’autres facteurs, et c’est important en fait de voir la santé comme une approche holistique plutôt que de voir la santé que par le prisme du poids.

On prend beaucoup l’exemple de l’IMC mais c’est un outil controversé, pas très fiable qui date du XIXème siècle.  L’IMC ne dit pas si quelqu’un est en bonne santé ou non.

Pensez-y si un jour quelqu’un vous dit mais tu dois perdre du poids pour ta santé ou que même vous vous ayez le sentiment de devoir perdre du poids pour votre santé ce n’est pas forcément vrai. N’oublions pas que la grossophobie médicale existe.

Conclusion : stop au contrôle du poids !

Vous n’avez pas en fait à gérer votre poids : le poids peut se maintenir tout seul sans effort et c’est notre poids de forme.

Il est différent pour tout le monde, et n’est pas forcément le poids le plus bas que vous ayez fait de votre vie. Il a pu s’élever en faisant des régimes ou des périodes de restriction.

Je vous invite sincèrement à cheminer donc vers l’alimentation intuitive vers des approches vraiment anti régime et anti culture des régimes. Ce sont les régimes et le contrôle qui détraquent notre poids.

Pourquoi ne pas essayer de revenir à ce poids de forme ? Même si c’est un travail qui peut être long et douloureux car il y a beaucoup de croyances à déconstruire par rapport à soi et beaucoup de choses à accepter, ou du moins apprendre à accepter petit à petit –

Mais pour moi se détacher du poids comme mesure de votre valeur ou de l’estime de vous-mêmes c’est vraiment ce que je peux vous souhaiter de mieux !

Se détacher de tout ça, et d’essayer de vous voir dans la globalité. Et ne pas vous rendre malade en fait pour peser un poids qui n’est pas le vôtre tout simplement ! La vie mérite d’être pleinement vécue, et pas d’être en lutte constante envers son corps, son alimentation et son apparence.

Si tu as aimé cet article, je t’invite à le partager, et/ou me laisser un petit commentaire !

Pour plus de contenus sur l’Alimentation Intuitive, le comportement alimentaire, la culture des régimes, n’hésite pas à t’abonner sur Instagram, à t’abonner à ma newsletter et à continuer à lire mon blog 😉

Si tu veux cheminer en Alimentation Intuitive avec une personne officiellement certifiée (moi 😜), découvre mes services !

Partager cet article

3 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Juliette The Last Quiche
Hey

C'est Juliette de The Last Quiche !

Retrouve ici tous mes articles de blogs pour t'aider à kiffer ta vie, manger des chips dans ton canap' sans culpabilité et vivre librement sans être obsédée par ce qu'il y a dans tes placards.

Catégories

conseils diet culture
Offert ❤

As-tu chopé ton guide gratuit ?

J'ai mis tous mes meilleurs conseils pour commencer à te libérer de la culture des régimes au même endroit. A lire dés maintenant !😉

The Last Quiche
The Last Quiche - Alimentation Intuitive

Rejetons la culture des régimes pour ne plus être prises pour la dernière des quiches.